Occupation

lundi 8 mars 2010
popularité : 6%

Un montage sur le thème de l’occupation... (voir textes ci-dessous)


Occupation
IMG/mp3/Mo_taayoush_court_-chapitre_1.mp3

***

Esplanade devant le Mur des Lamentations : voix de Juifs discutant la Torah et priant…

Juive radicale, 40

Le peuple juif est le Peuple Elu
le peuple sacré, aimé de Dieu
et Dieu ressuscitera tous les êtres mauvais
et les punira tous pour les actes mauvais
qu’ils ont commis à l’encontre des Juifs.
Nous attendons le châtiment de Dieu 
Il punira tous ceux qui, en s’attaquant aux Juifs,
ont touché l’œil de Dieu…
Longue vie à Notre Seigneur et Messie ! …
Même les non-Juifs comprennent que
nous devons nous protéger…

Juif Hippie, 30

Je sens que ce genre de discours
crée une certaine séparation entre les gens,
aggrave la situation…
Ca ne nous rapproche pas d’une solution,
ni de la paix, ni de rien de ce genre…
La religion, ça part d’une bonne personne
Mohamed, Jésus, Moïse…
Et puis, les gens commencent à l’interpréter
et ça devient quelque chose de tout à fait différent
Au bout de quelques centaines d’années,
ça devient quelque chose de dingue, comme ceci…

Hippie américain, 30

Même si on n’est pas du même avis,
on peut quand même continuer à s’apprécier…

Camp de Aîda (Bethléem, centre Cultural Al-Rowwad, Atelier théâtre)

Oh mon professeur, apprends-moi l’Histoire / Dis-moi : où est mon pays
Tout un people et un pays ont disparu comme s’ils n’avaient jamais existé 
Et le monde se tait, sans en éprouver la moindre honte 
Ils ont donné un nouveau nom à notre pays 
Israël 
Un people étranger occupe notre terre
Il a forcé notre people à s’exiler 
Il a confisqué nos terres, y a installé des colonies 
A jeté les gens en prison ou sur les routes de l’exil.
Il contrôle et gouverne, démolit nos maisons 
Retourne le sol, déracines les arbres,
construit de nouvelles routes,
démolit les bâtiments 
Fait de notre terre un désert,
nous avons de moins en moins d’eau 
Ils ont violé notre terre, volé notre eau 
Nous empêchent d’irriguer nos terres (...) 
Viens avec moi, mon frère, 
révoltons-nous, mon père ! 
Ne laissons pas ces occupants faire !
Regagnons nos droits ! 
Que se lève l’aube de la liberté !

 

Ambiance des rues du camp de Aïda

Marwa, 26 ans, animatrice au centre Al-Rowwad, Aïda. A propos de son jeune frère de 18 ans

Des types ont dit l’avoir vu jeter des bombes
sur des soldats israéliens
Ils sont arrivés un jour et l’ont emmené…
Chaque mois, ils le faisaient repasser devant le tribunal
Au bout d’un an et demi,
les juges lui ont dit qu’il devrait encore faire 44 mois.
 
On peut aller le voir 2 fois par mois
si on a une autorisation
Elle doit être renouvelée tous les 3 mois.
J’en ai obtenu une valable pour un an,
mais pour les autres prisonniers,
elle n’est est en général valable que 3 mois.
On ne peut y aller qu’en empruntant les bus des N-U
parce qu’on n’a pas le droit d’y aller par nos propres moyens
Et on ne peut le voir que pendant 45 minutes
S’il a besoin de quelque chose (un pantalon par ex)
il doit d’abord nous donner celui qu’il a 
un objet en échange d’un autre…

Oussama, 31ans, animateur au centre Al-Rowwad, Aïda

Moi, ça ne me pose aucun problème
d’avoir des Israéliens pour voisins, aucun…
C’est Ok pour moi…
Mais quel genre de voisinage ?
Ca c’est important…
Et que ce pays s’appelle Palestine ou Israël,
ça m’est bien égal..
Parce que ce que je regarde
c’est l’être humain que j’ai en face de moi
J’essaie vraiment de me comporter comme un être humain,
d’être fort…
Vous devez être forts en tant que Palestinien…
J’ai juste besoin de pouvoir vivre normalement
comme vous…

Marwa, 26 ans, jeune maman

Pour pouvoir rêver,
on a besoin de croire
qu’il n’y a pas de frontières, pas de limites.
Mais nous, même lorsque nous essayons de rêver,
nous savons qu’il y a des murs
Ils nous empêchent de rêver…
Moi, par ex, je rêve de faire un master à l’université,
mais c’est tout simplement impossible,
parce qu’il n’y a pas d’université ici à Bethléem
où je pourrais le faire…
 
Jérusalem n’est qu’à une dizaine de km de Aïda,
mais pour pouvoir y aller,
vous avez besoin d’une autorisation (des autorités israéliennes).
Ensuite, vous devrez peut-être faire 50 km de détour
Avant d’y arriver (à cause des checkpoints et du mur)...
Que ce soit pour aller y prier ou pour visiter la ville…
Surtout, il n’y a pas d’avenir pour nos enfants ici :
Ils ne peuvent aller jouer nulle part…

Youssef, 23 ans, amputé d’une jambe à 16 ans

Je m’appelle Youssef, je vis au camp de Aïda
et je participe aux activités organisée au centre Al-Rowwad…
(En 2001) Israël a envahi le camp de Aïda.
J’étais avec un journaliste français devant le centre
Je voulais lui montrer où se trouvaient les militaires et les chars…
Les chars ont tiré sur le centre…
J’ai été touché. 
J’ai perdu connaissance
Je suis resté 16 jours à l’hôpital…
J’avais perdu beaucoup de sang…
 
Vous entendrez le même genre d’histoire
partout en Palestine :
vous pouvez aller dans chaque maison,
tout le monde aura une histoire triste à vous raconter
Dans chaque famille, il y a eu des morts, des blessés..
Vous savez, nous sommes comme en prison, ici…
Il y a 3 mois,
j’ai essayé d’aller en voiture à Jérusalem.
J’ai traversé la montagne
et pris des dizaines de chemins détournés …
J’ai passé plus de sept heures dans la voiture
Pour rien…

Ambiance des rues du camp de Aïda

Mazen, 19 ans, participe aux activités du centre

Mon rêve ?… Je veux devenir un chanteur de rap célèbre !
Est-ce que tu peux nous le redire en anglais ?
 
Mon rêve…
… c’est…
… c’est… Oh… ! …Mon rêve, c’est…
… de devenir...
 
Oussama :
 
Coupez, s’il vous plaît, coupez…
 
Voilà, c’est un des problèmes…
Beaucoup de nos enfants, beaucoup d’adultes aussi
éprouvent de réelles difficultés à s’exprimer,
à parler d’eux-mêmes.

Checkpoint Bethléem : bruit des tourniquets, sonnerie du scanner, voix off des militaires israéliens

Ribal ,19, animateur au Centre culturel Al-Rowwad)

Oui, je suis furieux si
je dois aller à l’université
et que je découvre que le checkpoint est fermé
et que les soldats me disent :
retourne chez toi, ou dans ton camp !…
 
Je ne veux pas parler que de moi, mais...
Parfois, mon amie me dit que je suis pénible.
Et elle a raison, je râle.
Mais c’est la situation qui me rend comme ça,
Elle est tellement injuste :
on est enfermés,
on n’a le droit d’aller nulle part,
Impossible de sortir pour aller voir votre copine,
ni de faire quoique ce soit d’autre…
Chaque fois qu’on veut parler de soi,
On en vient à parler de la situation ici… .
Parce que la situation en Palestine, c’est ça :
nous vivons dans une grande prison…
Avant de faire quoi que ce soit,
Il faut que je sache qu’Israël sera au courant
de mes moindres faits et gestes…
 
Ici, au camp de Aïda, on n’a pas d’armes,
Même les policiers palestiniens n’ont pas d’armes !…
Mais si vous écoutez les journalistes,
si vous regardez les nouvelles,
vous entendrez :
« Des Palestiniens ont tué 10 personnes en Israël ! »,
« Des palestiniens ont assassiné X personnes... »
Mais les Palestiniens n’ont pas d’armes
pas de checkpoints, non plus !
Ca, c’est la réalité !
 
Croyez-moi
les Palestiniens ne sont pas des terroristes
Ils ont une vie tellement normale
dans laquelle il ne se passe rien : 
ils se réveillent le matin,
vont au centre,
ou jusqu’au mur,
ou à l’école pour passer leurs examens…
C’est tout ce qu’ils ont
Ils ne construisent pas de nouveaux tanks
ou de nouveaux hélicoptères…
 
Nous n’avons pas besoin d’argent.
Nous avons tout ce qu’il nous faut.
Nous vivons bien.
Mais nous avons besoin de liberté et de justice…
Demain,
je voudrais pouvoir aller à l’université
sans être arrêté au checkpoint.
Je voudrais pouvoir sortir de Palestine
sans devoir passer par tous ces checkpoint.
Je voudrais pouvoir faire des choses
sans devoir toujours d’abord
en demander la permission à Israël…
C’est tout ce qu’on demande…

Rap-song by the Freedom’s Sons


Navigation