L’appel du 15 mars 2011

mardi 20 septembre 2011
popularité : 8%

Why Palestinians will protest on 15 March, par Rawan Abu-Shahla [1], The Electronic Intifada, 14 March 2011 

“Nous, un groupe de jeunes Palestiniens, nous sommes réunis dans le seul but de laisser derrière nous nos identités et nos affiliations politiques, et de décider de placer notre intérêt avant tout, unis sous le drapeau palestinien.

Nous avons appelé à des manifestations pacifiques, ce mardi 15 mars, à travers la nation palestinienne - dans la bande de Gaza et en Cisjordanie, les territoires de 1948 et la diaspora palestinienne, avec un seul slogan : « Le peuple veut mettre fin à la division ! »

Nous appelons à des actions pacifiques en faveur de l’unité sur la scène politique palestinienne, et sous une même bannière, celle de l’Organisation de Libération de la Palestine [OLP].

La division dans le corps politique palestinien a touché tous les aspects de notre vie : social, économique, éducatif et intellectuel. Ce sont les Palestiniens ordinaires qui ont payé le prix de la division qui dure depuis quatre ans et ne sert rien d’autre que l’occupant israélien.
Notre campagne pour mettre fin à la division a commencé comme une simple idée qui suscite la discussion, et certains jeunes ont décidé de lui donner réalité et de faire tout son possible pour faire que cette initiative aboutisse.

Jour après jour, l’idée a grandi et est devenu un projet et ensuite une décision publique de ne plus se taire, de n’être ni terrorisés ni opprimés et, surtout, de ne pas être ignorés et oubliés. Voilà comment nous sommes arrivés à notre décision de manifester le 15 mars, refusant le statu-quo et les pratiques de la politique du « leadership ».

C’est une idée si belle dans sa simplicité et sa pureté que toutes les tentatives des partis politiques de la modifier, la compliquer, ou d’accuser ceux qui sont derrière elle de servir les objectifs de la subversion ont échoué. Et après avoir découvert qu’il s’agit d’un véritable mouvement qui ne reflète rien de plus que la conscience en éveil de l’opinion publique palestinienne, les partis politiques sont dans l’inquiétude et la confusion. Réprimer ou de ne pas réprimer ? Telle est la question à laquelle ils sont confrontés aujourd’hui.

Ces dernières semaines, nous avons travaillé à diffuser l’idée parmi les gens, les encourageant à participer avec leurs familles, à avoir confiance dans le fait que leur voix sera entendue une fois qu’elle sera exprimée, et à se faire mutuellement confiance et à comprendre que nous sommes tous pareillement impliqués, indépendamment de nos affiliations politiques ou nos croyances. Nous avons cherché à les convaincre que unis dans notre appel comme sur le terrain, nous allons vaincre la peur qui niché à l’intérieur de nous, et que lorsque nous nous tenons ensemble comme un seul homme pour affirmer nos droits, personne ne peut ni nous nuire ni nous opprimer.

Les manifestations pacifiques du 15 mars seront le début d’une série d’initiatives, et le premier jour d’une série illimitée de sit-in. L’idée principale est que nous restions sur place jusqu’à ce que la politique de « leadership » se soumette aux exigences du peuple et prenne des mesures sérieuses pour les respecter. Ce qui se passera ensuite est totalement entre les mains du peuple.

Ce mouvement est celui du peuple, et pour lui. En ce qui concerne Gaza Youth Breaks Out (GYBO), et tous les autres groupes travaillant sur le même terrain, nous avons seulement l’honneur de l’initiative. Tout le reste dépend maintenant de la façon dont la rue palestinienne réagit, et sur ​​sa force.

Les choses seront difficiles, il y aura des menaces, qu’il s’agisse de la violence des partis dominants ou de la peur du chaos. Mais nous avons une confiance totale dans notre appel et dans notre peuple. Nous parions sur la conscience patriotique palestinienne, et pour que tous nous apprenions à accepter, à respecter et à saluer nos différences, à pardonner le passé et à recommencer à zéro, à montrer au monde entier un véritable exemple de tolérance parmi les Palestiniens. Nos appels sont pacifiques et notre seul but est de restaurer l’harmonie perdue dans la société palestinienne.

La campagne pour mettre fin à la division est une décision attendue depuis longtemps par beaucoup, pour abandonner toutes les craintes. Il y a une longue liste de raisons qui font que les gens en ont assez et qu’ils sortent dans la rue pour faire entendre leurs revendications.
Les Palestiniens ont fini par comprendre que par leur silence et leur soumission aux volontés des partis politiques, en acceptant d’être manipulés et terrorisés, ils deviennent les complices tout aussi coupables que ces partis eux-mêmes.

Les gens prennent la rue, amenant leur part du travail pour imposer le changement et pour sortir de l’atmosphère générale d’indifférence qui a paralysé nos cœurs ces quatre dernières années.

Nous, Palestiniens, avec toutes nos différences, ne serons plus ignorés. Nous revendiquons nos droits en tant que citoyens et êtres humains qui doivent être respectés, protégés et reconnus comme la seule source d’un pouvoir légitime. Notre gouvernement doit comprendre que nous, le peuple, représentons une force avec laquelle il faut compter. Nous ne nous laisserons pas tromper par des discours - nous en avons assez. Nous croyons que les actions sont plus éloquentes que les mots, et nous, l’opinion publique palestinienne, contribuons à cette initiative pour donner au « leadership » encore une chance de gagner notre confiance.
Après le 15 mars, la relation à sens unique entre les gouvernants et le peuple sera abolie.

La division entre les Palestiniens doit être terminée. Elle a affaibli notre cause et au lieu de rester le symbole, de renommée internationale, de la lutte juste et légitime qu’elle a toujours été, elle s’est détériorée dans une illusion de pouvoir et de postes, permettant à notre occupant et notre vrai oppresseur, Israël, de nous martyriser.

Israël continue de kidnapper et d’emprisonner les Palestiniens innocents, à envahir nos terres, à détruire nos maisons, à arracher nos arbres, à voler notre patrimoine, à bombarder nos villes et à assiéger la bande de Gaza depuis cinq années consécutives. Israël continue à violer les résolutions de l’ONU sans que personne ne le tienne pour responsable. Et en l’absence d’un leadership palestinien adéquat, il n’y aura rien qui empêchera Israël de faire ce qu’il veut.

Donc, notre message est clair et simple : mettre fin à la division, se tourner vers l’opinion publique palestinienne et travailler pour la prospérité des Palestiniens en ouvrant la voie à la création de notre État palestinien démocratique et indépendant. L’unité est une nécessité.
Notre appel est lancé à tous les Palestiniens, à nous-mêmes, pour que nous soyons fidèles à notre cause, aux sacrifices que notre grand peuple a supporté tout au long de 63 années de souffrance. Sortez dans la rue le 15 mars, dénoncez la division et tous ceux qui ne vivent que par elle.

Ensemble, au nom de notre cause sacrée, de nos martyrs et de nos prisonniers, nous appelons à l’unité sous notre drapeau palestinien. Il n’y a absolument aucun doute dans nos cœurs que nos manifestations pacifiques seront l’aube d’un jour nouveau."

14 mars 2011 - The Electronic Intifada


[1Rawan Abu-Shahla, du mouvement Gaza Youth Break Out, vit à Gaza.